Nous invitons le plus grand nombre possible de personnes à télécharger et envoyer au Premier ministre le courrier en modèle ci-dessous. Les raisons en sont les suivantes :

Viv(r)e la République s’inquiète de l’absence de réponse aux multiples interpellations de l’agence du Service civique au sujet de la demande d’agrément présentée par l’association Lallab, objet d’une polémique nationale.

Cette association est soutenue dans sa démarche notamment par des intellectuels ou des activistes qui prônent une idéologie racialiste et communautariste que nous réprouvons au nom des principes fondamentaux de la République.

L’idéologie islamiste est en outre au cœur du projet de Lallab et c’est la raison pour laquelle nous avions, par la voix de nos fondatrices, interpellé par voie de presse ou sur les réseaux sociaux aux côtés d’autres mouvements laïques et républicains, les autorités de l’Etat pour qu’elles se saisissent en urgence du dossier.

Nous sommes conscients que les ennemis des valeurs que nous défendons n’ont pour seule défense que la facilité de nous enfermer dans des concepts creux comme celui de l' »islamophobie », voire, de tenter de nous dépeindre comme les nouveaux visages de l’extrême-droite, que très précisément, nous combattons tout comme l’islamisme et au nom des mêmes valeurs d’universalisme, de liberté et d’égalité qui s’inscrivent dans une lutte acharnée contre tous les obscurantismes.

C’est la raison pour laquelle, plus nous serons nombreux et déterminés, moins notre voix ne pourra être ignorée ou déformée par le prisme d’une minorité agissante et ses quelques relais médiatiques.

Notre voix doit être entendue de tous et particulièrement du gouvernement et de nos responsables politiques, car il s’agit de donner à l’écrasante majorité de nos concitoyens qui ne veulent ni de l’extrême-droite, ni du développement du fascisme qu’est l’islamisme, non seulement l’espoir que jamais ces idéologies vaincront, mais aussi les instruments concrets de cette veille citoyenne , laïque et fraternelle.

Il y a urgence. Nous lançons dès ce jour un appel à tous nos concitoyens ainsi qu’à toutes les organisations à se mobiliser pour que Lallab ne puisse pas obtenir un agrément qui signifierait, ni plus, ni moins, que des jeunes françaises ou français pourraient effectuer le service national qu’incarne le service civique, au sein d’une structure qui œuvre sans équivoque possible au développement de l’idéologie islamiste dans la société française.

Une idéologie qui sous son volet non violent vise peu à peu à créer les conditions d’une partition de la société et dont le plus parfait allié objectif est l’extrême-droite.

Une idéologie qui est aussi parfois la cause première et déterminante de la violence qui s’exerce dans le monde et en Europe, contre les peuples, que ce soit à travers le terrorisme ou des actes malheureux qui s’en inspirent.

Nos concitoyens et en premier lieu ceux que l’on veut trop souvent assigner à une appartenance communautaire ou ethnique au seul motif qu’ils sont originaires d’Afrique du Nord ou d’ailleurs, n’en peuvent plus de voir progressivement l’islamisme infiltrer insidieusement le tissu associatif.

Les premiers à avoir donné l’alerte, ces courageux intellectuels du monde arabo-musulman ou ces simples citoyens qui ont fui l’islamisme ailleurs pour le retrouver aujourd’hui en France, n’ont de cesse de nous prévenir : il est temps d’agir , il est temps de prendre conscience et de faire prendre conscience autour de nous de l’envergure de cette menace qui travaille dans le temps long à faire reculer nos résistances et à la fin, nos libertés.

Si l’Histoire démontre que cette idéologie avance souvent masquée sous les traits d’un communautarisme
bienveillant et au rythme des exhortations de tolérance du  » vivre ensemble », la réalité de ce que porte ce projet totalitaire ne doit pas être occultée. Bien au contraire, elle s’affirme dans le temps, tandis que l’Histoire nous démontre aussi que l’islamisme conduit, une fois installé durablement et en position de force, à une violence et une régression des libertés fondamentales.

Aidons-nous les uns et les autres à empêcher cela, téléchargeons et envoyons à Monsieur le Premier ministre le courrier ci-dessous et invitons toutes nos connaissances et nos proches à le faire également. Seule notre mobilisation sera sans doute déterminante. Aux autres associations ou collectifs , nous proposons la mise à disposition de notre modèle ou les invitons à créer le leur, que nous pourrons relayer s’il partage nos valeurs et va dans le même sens et tend au même résultat.

Cliquer ici pour ouvrir et copier le courrier à adresser au Premier ministre