Le champion russe d’arts martiaux mixtes, star mondiale de son sport, Khabib Nurmagomedov, après avoir traité le président Macron en des termes orduriers, s’en prend encore à notre pays via les réseaux sociaux.
Le problème, outre le retentissement mondial d’un champion suivi par des millions de jeunes fans à travers le monde, est que son propos est approuvé par plusieurs champions de football français, évoluant ou ayant évolué dans le championnat de France, actifs ou retraités.
Ainsi, à date, son propos justifiant que l’on s’en prenne à la liberté d’expression et aux caricaturistes est-il “liké” sur instagram par, liste hélas non exhaustive, Karim Benzema, Presnel Kimpembe, Bacary Sagna, Mamadou Sakho, Tiémoué Bakayoko, Ricardo Faty, Youcef Atal, Miralem Pjanic, Charles Traoré…
Alors que notre pays, plus que jamais, est en lutte contre l’islamisme en France comme à l’étranger, que nos légations sont menacées, nos produits boycottés, nos compatriotes massacrés, ces champions qui doivent tout à la France crachent-ils dans son dos et choisissent-ils, de facto, un camp : celui des ennemis de la République française.
Cela n’est pas acceptable, et sauf à se payer de mots, doit être puni comme il se doit.
Aussi, Viv(r)e la République demande-t-il à la Fédération Française de Football, au Ministère de la Jeunesse et des Sports de prendre les mesures suivantes pour tous les joueurs cités ou pas encore référencés à cette heure comme soutien audit message incriminé :
-Retrait de la Légion d’Honneur à P. Kimpembe, champion du monde 2018,
-Retrait de licence pendant 6 mois minimum,
-Interdiction de toute compétition organisée sur le sol français pour une durée de 12 mois minimum,
-Remboursement de toutes les primes reçues depuis leur première sélection à tout joueur sélectionné en équipe de France,
et à tous leurs employeurs, les clubs professionnels suivants ou pas encore référencés comme employeurs de soutiens audit message incriminé, Paris Saint-Germain football Club, Olympique Gymnase Club de Nice, Football club de Nantes Atlantique :
-Suspension des trois derniers mois de salaire
-Interdiction de côtoyer les infrastructures du club pendant la durée du retrait de licence
Nous savons pouvoir compter sur la sévérité des instances nationales du sport le plus populaire de notre pays, conscients de l’enjeu national de la lutte contre ceux qui veulent saper toutes les institutions de notre pays.